Let’s go out tonight

Moments parfumés

Créer, c’est partager un morceau de soi. C’est extérioriser un ressenti, une envie, un dessein. J’aime à croire qu’en créant un parfum, un texte ou un tableau, on offre aux autres un nouveau langage, un vocabulaire émotionnel. Toute création repose pour moi sur une phrase de René Char : « conservateur des infinis visages du vivant ».

Aujourd’hui, je voudrais vous offrir un de ces visages, celui d’un instant vécu en Corse, dont j’aimerais à jamais conserver le parfum et l’ambiance. Je vais m’efforcer de vous le décrire comme je l’ai vécu, avec pour m’aider la musique et le lieu de ce moment si marquant.

C’était un de ces moments où le temps semble immuable. Nous roulions vers la promesse d’une soirée agréable, bercés par la douceur de cette fin de journée. La route était sinueuse et à chaque virage, le ciel nous offrait un nouveau tableau. Le soleil déclinait, se décomposait en une palette de couleurs chaudes. Il poursuivait sa course, se rapprochant peu à peu de la ligne d’horizon tracée par la mer.

Que la Corse était belle en cette fin de Juillet ! La lumière semblait s’être ajustée au paysage pour en révéler toute la beauté, telles les facettes d’un diamant sculptées avec soin par un orfèvre.

J’étais assise à l’arrière, la tête appuyée contre la portière, le visage tourné vers la fenêtre ouverte, laissant libre cours à mon odorat. Immortelle, myrrhe, feuilles sèches du maquis, tout y passait, et mon nez ravi profitait du spectacle.

Nous discutions en famille de la journée passée, de nos projets, de notre joie d’être sur cette île. Était diffusée dans la voiture une musique que je ne connaissais pas. Une voix douce, presque un murmure langoureux, et ces paroles « Pray for me, praying for the light, Baby baby, Let’s go out tonight ». En fond, des cordes ajoutaient de la profondeur au morceau. Les yeux clos, je me laissais bercer par la mélodie, qui se confondait avec le joyeux babillage de mes frères installés à mes côtés. Par moment, des rayons du soleil rentraient par la fenêtre, irradiant ma peau de leur chaleur dorée.

Le paysage se déroulait, et les flancs de montagnes cédèrent bientôt la place à un plateau. C’était un endroit magique, comme une passerelle entre deux mondes. De grands espaces d’herbes sèches s’étendaient de part et d’autre de la route, sans aucune limite autre que la mer. C’était ici que parfois, les bergers se retrouvaient, et dressaient de grandes tentes blanches dans lesquelles le temps d’une soirée, ils oubliaient leur labeur, festoyaient, célébraient leur vie au grand air. De là, la vue était à couper le souffle. En face, sur la côte, les falaises majestueuses semblaient posées sur l’eau. Leurs détails rocheux étaient tantôt gommés, tantôt mis en lumière par la lueur des foyers. La mer était lente, apaisée. On pouvait y apercevoir des petites tâches blanches, voiliers rêveurs naviguant vers l’immensité.

C’est dans ce calme insulaire que nous arrivâmes sur le plateau. Il y régnait un doux silence, comme si même la nature voulait préserver la beauté de ces lieux. Notre musique ne s’en fit que plus intense, plus pénétrante. Elle semblait habitée par l’instant présent. Les yeux à présent grand ouverts, pour garder en image l’intimité de cet instant, j’étais toute ouïe. La mélodie se répandit en moi, embrassant tout mon être. Il n’y avait plus que moi, la lumière, et l’infinitude de cet espace.

C’est alors qu’il arriva, porté par la brise entrant par les fenêtres. Un parfum de vie, de soleil, de terre sèche et de feuilles vertes. Un parfum sentant les fleurs, le ciel et la mer. En entrant dans l’habitacle, il emporta avec lui le sillage de ma mère. Tout était flou, tout était clair. La senteur se développait en tumultueuses volutes, enivrant mes sens de souvenirs et d’avenir.

Ce moment de grâce s’en fut aussi vite qu’il était arrivé. Je restais là, sur cette route entre terre et mer, transcendée par cette senteur à la fois unique et entière. J’étais là, dans la quiétude d’un moment familial, avec en fond cette chanson : « Let’s go out tonight ».

Une réflexion sur “Let’s go out tonight

  1. Pingback: Page en travaux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s