Invitation au voyage

Les parfums, Parfums

    Vous est-il déjà arrivé d’être transporté par un parfum ? De changer d’endroit, d’époque, de voyager grâce à une effluve ?  Si c’est le cas, alors vous connaissez bien le sentiment que je vais décrire aujourd’hui. Cette impression qu’un parfum vous emporte, que pendant un instant, vous ne faites qu’un avec cette odeur qui vous enveloppe.

Aujourd’hui, avec Lys Méditerranée, je vous invite au voyage.

    Lys Méditerranée, c’est une brise fraîche et ensoleillée. Composée par Édouard Fléchier pour les Éditions de Parfum Frédéric Malle, elle nous transporte instantanément sous les cieux bleus des bords de mer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

    Là, bercée par des effluves marines, l’odeur suave du lys, se mariant à de l’angélique, se fait plus verte et plus puissante, emmenant son voyageur au cœur d’un jardin gorgé de fleur d’oranger et de jasmin.

    Qu’il est chaud le soleil de Méditerranée ! Il semble si proche que l’on pourrait presque en sentir les rayons dorés. Une senteur vanillée flotte dans l’air, le jardin est baigné d’une douce lumière.

    Le lys est plus tendre, plus discret, mais soudain il se dévoile, s’offrant au voyageur comme un ciel offrant un parterre d’étoiles.

    Et tout se finit dans une grande gerbe de fleurs, portée par une ambrette et un musc rêveurs .

Voilà en quelques mots mon périple olfactif à travers ce merveilleux parfum.

Et vous ? Avez-vous déjà voyagé ? N’hésitez pas à me le raconter !

 

 

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Charles Baudelaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s